LE GARAGE DE LISO

Le Délirium est un club atypique, dans le centre ville d Avignon. Il ouvre surtout les soirs de Juillet pendant le festival, et quelques week ends par an. On peut y croiser les vip du festival, des junkies, des jongleurs, des jeunes aspirant à la gloire et des rockeurs aux moustaches usées. C est un lieu artistique et festif, où les corps tourbillonnent comme les idées, pour se disperser au petit matin dans les rues de la vieille ville. Je voulais y travailler une saison, faire un peu de  scénographie, déco, lumière. J avais demandé, Laurent m avait invité.

D habitude j y allais l été, avec des potes et sans chaussure. Mais ce soir là, c était en Mars et j étais seule. Je me suis retrouvée confrontée à l énergie du lieu, directement. Quand on est avec des amis, ça met à distance un peu le monde, mais là tout était proche et inévitable. J ai commencé à filmer.

La nuit a duré longtemps. Il y a des soirées comme des voyages. Où l on passe de paysages en paysages. Où l on danse et l on marche, où les gens défilent comme on traverse une brume à la fois sociale et intérieure. J ai fini par m endormir sur un toit, sous un doux soleil d après midi.

Cette vidéo est un fragment du lieu, une vision, partagée entre ce qu on peut voir et comprendre, et tout ce qui nous traverse et qui ne s explique pas.

La formule mathématique qui apparait au début de la vidéo est de Laurent Derobert qui tient le Délirium avec son frère. Il fait des mathématiques existentielles, c est à dire qu il peut mettre en formule mathématique des sensations ou des rêves. Comme par exemple, notre dédale intérieur : la distance qui existe entre notre être révé, vécu et réel, c est à dire entre celui qu on réverait d être, celui qu on se sent être et celui que l on est objectivement. Oui, c est un peu fou. C est au Palais de Tokyo aussi.

http://leseditionsledeliriumfragments.blogspot.fr/

  1. lisocassano posted this