LE GARAGE DE LISO

Lipton

Alors voila, fin d école de cinéma. Une minute de film. On a tout donné. :) Il y a le costume de la Femme Thé dedans, mais le personnage n a pas grand chose à voir avec la vraie Femme Thé. Il fallait faire une pub. J avais la jupe presque finie chez moi. Ça m avait pris du temps et je l aimais bien. Alors, j ai pensé faire une pub pour le thé, avec la jupe dedans. Ça a donné ça.

C était y a longtemps maintenant, je n ai plus grand chose à dire dessus. Sauf, si, peut être. A propos de la cohérence.

On a fait ce petit bout de film avec plein de monde. C était super de se réunir à plein autour d un projet. Ça donne l impression de faire quelque chose de vraiment important. Mais je ne suis pas sure qu il faille forcément développer des moyens lourds, pour faire quelque chose de bien. Plus le groupe est grand, plus l info se perd. Plus la communication est freinée. Moins la communion est forte. En fait, c est un équilibre à trouver. Une cohérence qui unie l intention de départ, aux moyens déployés, à l ambition de résultat. Je crois que maintenant je préfère les équipes où les membres remplissent plusieurs fonctions. Les slashers versus les hyperspécialistes. L équipe est plus souple et plus adaptable. La polyvalence, au niveau humain, permet aussi plus d épanouissement. Chacun a plus d impact dans le résultat final.

Maintenant, en regardant cette vidéo à nouveau, je reconnais les grandes lignes de ce qui m intéresse profondément. C est rigolo, ça me donne l impression d être adulte. Dans les grandes lignes, il y a par exemple, mélanger le fantastique et la légende avec la réalité. Mixer les techniques pour créer une atmosphère singulière. J aime beaucoup quand la caméra et l histoire viennent fantasmer la réalité. Le décor est réel, mais il semble être celui d un ailleurs.

On place notre caméra et on filme quelque chose qui ne ressemble pas à ce qu on voit. Comme si on captait une autre vérité dans la réalité. Le premier plan par exemple. C est le contre jour et la contre plongée qui donnent cet aspect dramatique. En vrai, Loïc était dans une forêt d un vert terne, nous on était écrasé sur le sol, des épines de pins grattant nos chaussettes. Mais là, d un coup, on ferme le diaph et paf. Une autre réalité est apparue : Loïc est devenu un héros cherchant sa route à travers une nature sauvage, sortant de l ombre pour affronter la clarté. 

Et puis, il y a aussi la confrontation entre deux mondes. Madame Thé vient d un monde clairement différent de celui de Monsieur Lipton. Chacun incarne sa propre réalité. Les deux se croisent sans se toucher. Au moment critique où les mondes se rejoignent, l un vient aider l autre. Mais ça ne peut pas durer. C est forcément éphémère. Les expériences à la croisée des mondes me fascinent. C est des moments un peu magiques que je cherche dans la vie comme dans les trucs que je fabrique.

 

  1. lisocassano posted this