LE GARAGE DE LISO

Ce matin j ai ouvert un mail de Yoann. Il m avait envoyé deux mp3 qui portaient le titre d un texte que j avais écrit ya longtemps. En français et en anglais (post suivant).  Il était précisé que c étaient des lectures improvisée à l arrache, “en one shot pour délirer”. Bon. J ai écouté. J ai trouvé ça vachement fort.

Chacune des deux versions donnent une impression très différente. En français, il parle lentement avec une intensité crue. En anglais, il y a plus de second degré, plus d ironie. Mais pour les deux il a pris une voix que je ne lui connaissais pas. Je ne me souvenais plus très bien de ce que j avais écrit. L impression que j ai eu ce matin n était pas du tout celle de mon pote lisant un de mes textes, mais juste d un mec qui parle.  Je me suis laissée portée par sa voix et des images sont venues. C est devenu un exercice d imagination. Je vous propose de le faire si vous voulez.

Il n y a que la voix qui dit des choses fortes. C est assez brut. C est une bonne base pour construire tout autour. Comme si on vous donnait le plan au sol d une cathédrale et qu il fallait imaginer la forme de toute la structure. On donne un bout de mec qui parle et on imagine sa vie. 

On peut se demander qui est ce mec. Est ce qu il est violent dans sa vie de tous les jours ? Est ce qu il est violent particulièrement envers son ex copain ? Est ce que ça fait longtemps qu ils ne sont plus ensemble? Qu est ce qui a bien pu se passer entre eux pour qu il en vienne à penser des choses comme ca ? À qui parle t il ? Est ce qu il parle tout seul ? Est ce qu il va vraiment faire tout ce qu il décrit?

Dans la version française, perso, j ai l impression que le mec est un psychopathe et qu il peut carrément passer à l acte. Ça fait pas longtemps qu ils se sont séparés mais depuis il y pense nuit et jour. Ce qui s est passé avec son ex copain, n est qu un événement de plus dans sa vie qui est déjà remplie d humiliations et d épreuves. Il a accumulé au dedans de lui des choses qui le font vibrer de violence et qui se cristallisent sur son ex.

La version anglaise est plus décalée. Le mec semble étrangement détaché de ce qu il raconte. Je l imagine dans l amérique des années 90, parler à son psy une cigarette à la main. Il serait un peu sous xanax et au supermarché il n achèterait que les produits en pack promo de deux ou trois, ça lui donne l impression qu on lui fait un cadeau. Il penserait plein de trucs horribles sur son ex mais il coucherait encore avec lui de temps en temps. Les pensées violentes seraient sa seule défense contre sa propre inaction. Sa vie ne lui plait pas, mais il se laisse ensevelir par elle. Il sait penser, donc il parle. Comme un échappatoire. Mais les mots ne coulent pas dans ses bras ni dans ses jambes. Il ne fait rien. Alors la violence s accumule à l intérieur de lui.

  1. kradify reblogged this from lisocassano
  2. lisocassano posted this